Friday, November 28, 2008

Happy Thanksgiving 2008

video

Saturday, August 16, 2008

Annonce de décès: Eloda Glémaud

J'ai appris avec infiniment de peine la triste nouvelle de la mort à l'âde 91 ans de Mme Edgard Vincent née Eloda Glémaud des suites d'une maladie courageusement supportée.

A ses frères et soeur Phocion, Jean et Lamercie Jeanne Glémaud ma belle-mère; à ses enfants Exumé, Jacqueline, Narhomme, François, Daniel Vincent;  à tous ses nièces et neveux incluant mon épouse Ghislaine Darbouze Gilbert, à tous ses petits-enfants; à la famille Vincent, Glémaud et à tous ceux que ce deuil afflige je présente mes sincères condoléances.

Carl Gilbert

Sunday, February 24, 2008

Les Amours "Bonifas"

Message d'origine ----
De : Les Productions Orchidee <orchidee24@gmail.com>
À : Orchidee24@googlegroups.com
Envoyé le : Lundi, 18 Février 2008, 10h41mn 07s
Objet : les Amours << bonifas >> ...relation entre garçons << de bonne famille >> et servantes...

Cette semaine, nous voulons aborder une question sensible, via un cas d'espèce... 

Avez-vous déjà vu le film << Barikad >> de Richard Sénécal? 
La relation entre Thierry et Doudoune, se basait-elle seulement sur le goût de l'interdit ou était-elle plus sérieuse que ça ?  
Mais qu'importe, pensez-vous que ce genre de relation entre garçons << de bonne famille >> et servantes est encore possible aujourd'hui ? 
Ce qu'on appelle chez nous, en Haïti, les Amours << bonifas >> ... 
Parallèlement, savez-vous que la plu part de ces garçons, dits << de bonne famille >> commencent leurs vies sexuelles avec ces pauvres servantes ?... 
D'autre part, savez-vous aussi que jusqu'à présent, certains adultes, chefs de maison, sont très friands de ces relations, par ce qu'il semblerait que ces pauvres servantes, auraient la réputation d'être bonnes dans le corps ?... 
Nous vous invitons à faire le point sur cette question d'Amour << bonifas >>... 
Bon débat sur Orchidée ! 
Ma réponse à un membre du Forum d'Orchidée:
Geraldine: Vous avez adopte ici une approche realiste de la question qui est devant nous:
Relations intimes ou relations sexuelles avec les servantes de chez nous. Une tres bonne approche, mais permettez-moi d'aller un peu plus loin avec cette question, ce que d'autres ont fait d'ailleurs.
Il y a divers echelons dans cette question:
Echelon sexuel, echelon romantique ou sentimental, echelon social, echelon culturel.
J'ai vu Barikad, je crois avoir detecte chez "Thierry" l'aspect sentimental.  Je ne sais pas si l'aspect sexuel serait venu apres.  Thierry etait a la recherche de quelqu'un capable de le "comprendre" au milieu du vide familial.  Doudoune etait la personne.  L'avenir de cette relation? Zero a mon avis, dnas un pays comme Haiti ou les tares et les prejuges sociaux existent fortement surtout dans les "classes" priviligiees et moyennes. Le terme "san sal" etait souvent utilise du temps de ma jeunesse pour nous faire comprendre qu'on ne pouvait pas se meler a cette "domesticite".
 
Mais l'aspect sexuel est parfois plus fort chez les jeunes d'ou ces relations en sourdine avec les "bonnes".  Mais quand l'homme de la maison se mele aussi de la partie, c'est une autre histoire.  Ici on touche  l'aspect culturel qui fait accroire que que le chef de maison peut se permettre de tout comme le colon d'autrefois. Ici je me rappelle le poeme de Rene Depestre"Face a la Nuit" qui decrit pour nous avec realite la situation de la victime (la bonne) dnas ces relations illegales,illicites... et qui conduisesnt parfois ces victimes (tombees poitrinaires comme nous dit le poeme) a la mort.  J'essairerai de publier ce poeme si j'arrive a le trouver et je demande si quelqu'un  peut le faire avant qie le sujet ne soit epuise sur le forum. 
 
En ce sensje suis d'accord avec Vava que des mesures doivent etre prises contre ces "hommes" qui abusent leurs servantes.  L'education est aussi necessaire, surtout pour les jeunes garcons aux prises avec leurs poussees sexuelles et pubertaires.
 
Ce sujet comme tant  d'autres que nous avons debattus sur Orchidee meriterait  meme d'etre etudie de pres par le Ministere de la Condition Feminine, car debattre est une chose mais agir est tout autre. 
Excusez moi pour mes manques d'accents dans mon texte, mon nouvel ordinateur n'etant pas encore programme sur "French" .
 
Carl Gilbert

 

 

Manger à ventre déboutonné

Manger à ventre déboutonné
Jean Erich René

Nous sommes choqués par le reportage de la CNN sur la famine qui sévit
présentement en Haïti."Des galettes de boue frite et épicée servent de
repas." Nous avons déjà entendu cette chanson fredonnée par des politiciens
marrons pour révolter les esprits et provoquer la chute du gouvernement en
place. Hier ce drame imaginaire avait comme théâtre le Nord`ouest.
Aujourd`hui c`est le Plateau Central qui est ciblé. Cette mauvaise façon de
faire la politique, uniquement pour
déséquilibrer le fauteuil présidentiel, fait plus de torts que de biens au
pays. Quelle est la valeur nutritive de l’argile au point d’en faire un
biscuit croqué par nos concitoyens pour apaiser leur faim?  Ces tablettes
sont souvent vendues dans nos marchés publics à des fins cosmétiques en
guise de masque de beauté ou anti-rides pour la gent féminine. Elles sont
parfois rongées par les femmes enceintes pour chasser la nausée qui les
incite à cracher lors de la grossesse. Nous sommes conscients des
difficultés actuelles d’approvisionnement en
denrées alimentaires. Nous comprenons la colère citoyenne que suscitent les
déclarations fantaisistes de l’équipe au pouvoir mais la terre haïtienne
n’est pas aussi ingrate au point de refuser de nourrir ses fils selon les
normes diététiques! Exploiter une situation de misère pour monter un
videoclip dénaturé et avilissant participe d’un sentiment
anti-national.Comment est-on arrivé si bas?

Une nouvelle ère économique s’ouvre sur le monde avec des conséquences
désastreuses sur la consommation alimentaire. Une pression sans précédent
s’exerce sur le marché agricole à cause du choix des céréales, pour leur
forte teneur en biocarburant,  comme substituts du pétrole. Cette mutation
du marché international, provoque une envolée des prix du blé, du mais etc.
nos principales sources d’alimentation. Elle fragilise  davantage
l’assiette alimentaire des pays émergents et particulièrement Haïti à cause
de l’explosion démographique. En effet, la population haïtienne augmente à
un rythme géométrique tandis que la production croit arithmétiquement. De
plus il faut noter une migration massive de la  population  rurale et son
étalement , avec leurs us et
coutumes, à l’intérieur des villes et dans leurs périphéries.

Cet exode rural entraîne simultanément une baisse de la production agricole
et une réduction de nos espaces cultivables limitrophes aux concentrations
urbaines. Nous pouvons étayer notre thèse en évoquant l’urbanisation de la
Plaine du Cul-de-sac (Port-au-Prince, Bergeau (Cayes),Numéro 2 (Jérémie)
etc., jadis les greniers alimentaires des villes avoisinantes. Ces
nouvelles concentrations intra et péri-urbaines constituent de vrais
ghettos. Les pentes et les bas-fonds de nos bassins versants, voies
d’évacuation naturelles des eaux de pluies, deviennent leurs lieux de
domicile. N’ayant plus de jardins pour se nourrir, ils vivent d’expédients.
L’Etat haitien en la personne de ses représentants: le Président René
Préval et le Premier ministre Jacques Edouard Alexis, se
trouve dans une impasse. Qui pis est, avec l’emploi des céréales comme
biocarburants,  les nations riches ne peuvent plus  nous secourir en cas de
disette, comme par le passé, parce qu’elles ont besoin de leurs réserves de
céréales, pas même suffisantes, à des fins énergétiques. Que faire?

Pour résoudre cette famine nuisible à la paix sociale haïtienne, il faut un
autre modèle de gestion de nos denrées alimentaires. Les décideurs
politiques haitiens doivent embrayer une nouvelle vitesse afin de passer
d’une agriculture de grapillage et de subsistance à une production agricole
industrielle. Compte tenu des nouveaux rapports villes/campagnes, un
nouveau paquet technique doit être mis en jeu non seulement pour augmenter
la production mais encore la productivité afin de combler ce gap.

Notre analyse sur la famine haïtienne  intègre la rupture de notre chaîne
alimentaire dans  un cadre géométrique à 3 dimensions:
1.- changement climatique versus biocarburants
2.- dichotomie ville/campagne versus explosion démographique
3.- Inaction de l’Exécutif haïtien versus incompétence des dirigeants
actuels

Un rapport symbiotique liait les communautés rurales et rurales sur le plan
des échanges commerciaux. De nos communautés rurales venaient les produits
agro-alimentaires et les denrées d’exportation telles que le café, le
cacao, le coton, le tabac, la pite etc. dont les ventes sur le marché
international nous procuraient les devises nécessaires à nos importations.
En
revanche les magasins et les boutiques de la ville offraient aux citadins
aussi bien qu’aux paysans la plupart des produits tels que :huile,
mantèque, farine,tissu, savon etc. Un simple coup d’oeil nous permet
d’identifier le paysan haitien comme le  fournisseur par excellence de
notre diète alimentaire. Sa maigre contribution de nos jours à la
consommation locale force l’État haïtien à recourir à l’importation
d’aliments au point que les logiques sociales d’approvisionnement à partir
de nos communautés rurales disparaissent en changeant nos habitudes
alimentaires. Maintenant le blé, le spaghetti, les saucisses, le Corn
Flakes de Kellog’s, le riz, le maïs, le poulet de St Domingue etc.,
garnissent nos plats. Le fossé s’agrandit de jour en jour.

L’explication doit être cherchée dans le laisser-faire de nos
dirigeants,leur laxisme et leur  ignorance des dossiers nationaux.Un Chef
d’État au 21e siècle ne peut plus être un béotien. Il n’a pas besoin d’être
initié aux arcanes de toutes les sciences, mais il lui faut un minimum de
connaissances pour s’orienter dans les méandres de l’économie mondiale
chargée de surprise. Les plus sots sont les plus entêtés.  Face à un
problème de pénuries
alimentaires, un agronome n’a pas besoin d’êre thaumaturge.Il est
suffisamment outillé scientifiquement pour relever le défi. Nous sommes
surpris davantage par la triste sirène du Ministre de
l’Agriculture,l`agronome Francois Séverin face au désastre écologique
d’Haiti en titrant son livre: "Ti zwazo kote nou prale?."Nimporte quel
enfant de la Jardinière lui répondrait: "Kay fiyèt Lalo" parce que les
grands mangeurs
deux fois ministres de l’Agriculture, deux fois Premier ministre, deux
fois Président d'Haïti ont tout gobé sans  redresser l’agriculture
haïtienne.

Dans un tel contexte de désorganisation des pouvoirs publics, toute
polémique est vaine et inutile. Une logique de survie nous commande à
arrêter les mesures adéquates pour crever cette poche de misère. Il faut
mettre sur pied des firmes ou des coopératives de production agropastorale
pour couvrir les besoins alimentaires d’Haïti .

A) Agriculture et élevage
Selon les normes et les standards les superficies suivantes exprimées en
hectare doivent être emblavées pour chaque culture:

1.- Cultures vivrières : 351.601 has

Maïs : 4.861 has, Millet : 53.071,46 has, riz : 162.242,57 has, palate:
17.717 has, igname: 5.607 has, oignon: 1.151 has , Banane: 16.945 has,
haricot: 123.644 has, tomate 1.067

2.-Production animale : 132.754 has

Pondeuses (oeufs) et poulets de chair: 96.059 has,  bœufs (viande) et
vaches (lait pasteurisé : 24.904,12 TM): 27.519 has, cabri : 4296 has, Porc
: 18475 has

3.- Cultures fruitières
raisins; 72035,05 TM, orange:37695,62 TM, mangue: 40958,74 TM

4.- Produits importés
Les magasins de l’État se chargeront d’importer les produits alimentaires
suivants : Huile de cuisine : 30.203,48 TM,  Lait évaporé : 8.301,39 TM,
Farine (pain)
: 112.147,04 TM

B) Répartition du portefeuille de financement :

1.-Cultures vivrières par ordre d’importance
haricot : 46%, riz : 17%, igname : 13%, banane :11%, millet : 5%, patate :
4%,  mais : 2%, oignon 1%, tomate, 1% .

2.- Production animale par ordre d’importance

avin (chair) 51%, bovin(viande et lait) : 28%, halieutique(pêche)  12%,
caprin : 7%, porcin : 2% , avin Œuf) : 1%,

3.- Cultures fruitières
raisins:94%, orange: 2% mangue: 4%

Voilà comment on peut faire baisser les prix des denrées alimentaires pour
donner à manger à ventre déboutonné au peuple haitien sans espérer un
miracle du ciel.




Non à la "déhaitianisation" , oui à la tolérance

Stanley: Je suis d'accord avec toi que nul haitien quelle que soit son
importance ou sa mouvance politique n'a le droit "d'enlever" la
citoyennete d'un autre compatriote meme si cela entre dans le cadre de
discussions politiques. Monsieur Catel qui nous avait critique assez
severement il y a deux semaines du fait qu' Haiti Connexion avait
entretenu sur son site l'idee des sondages d'opinions pour
l'apres-Preval --qualifie de timounerie par Catel--et qui avait fait
croire que nous faisions fi des partis politiques vient de faire
montre
e de la plus grande arrogance et desinvolture en "depouillant"
quelqu'un ou un groupe d'individus de leur citoyennete-- sans
fondement--

Comme tu as bien dit Stanley, un homme politique doit faire preuve de
sagacite dans ses propos particulierement quand il s'agit de porter
des
jugements de valeur.

Carl Gilbert